Playlist du mois #13 (septembre 2019)

Playlist du mois #13 (septembre 2019)

Temps de lecture : 5 minutes

Conformément au titre de l’article, la rédaction de Journa’Lîdje partage une playlist de dix morceaux qui ont marqué le mois écoulé. Plus encore qu’une simple liste, une courte description ou analyse sera proposée pour chaque son. Cette publication a pour but le partage et la possibilité de découvertes musicales.

  • Flou (Angèle – Brol) : Sorti en octobre de l’année dernière, le premier album de l’artiste belge a fait un carton et a déjà fait son petit bonhomme de chemin. Cependant, le titre Flou revient sur le devant de la scène avec son clip sorti au début du mois. Mélodie électronique et refrain assez répétitif, la chanson ne paie d’abord pas de mine. En se penchant un peu plus sur le morceau, on y découvre une mélodie entrainante, les angoisses, l’excitation et le stress que procure la soudaine célébrité de la chanteuse. Elle y explique qu’elle a commencé en faisant des reprises sur les réseaux sociaux et que finalement tout s’est enchaîné très vite.
    Angèle explique : “C’est une chanson qui raconte que tout est arrivé très vite, que tout a changé : il y a eu des tournées, des premières parties, des singles et c’était beaucoup d’émotions condensées en très peu de temps. Ça avait des très bons côtés mais pour quelqu’un d’angoissé comme moi, ça a donné lieu à des moments très anxiogènes.” Le clip nous dévoile son enfance, sa famille et son lien étroit avec la scène, mêlant images du passés et images actuelles où l’on retrouve les mêmes mimiques et le même amour fraternel avec Romeo Elvis. On se rend compte que finalement la belge garde bien la tête sur les épaules malgré ce succès fulgurant et un récent disque de diamant pour Brol.
  • Get Down (Deluxe – Boys & Girl) : Deluxe a fait son retour dans les bacs en juin dernier avec l’album Boys & Girl. Un troisième format plein de fougue et d’énergie qui confirme que la joyeuse bande à les capacités pour nous emmener dans son monde et nous faire danser. L’un des titres les plus efficaces reste sans aucun doute Get Down, un bel uppercut musical aux accents sportifs. La mise en image de ce titre nous emmène dans un clip sportif et plein d’énergie avec une Lily sportive et dégoulinante de transpiration qui se montre combattante. Si vous avez un coup de mou, c’est le titre qu’il vous faut pour vous remettre en forme. Une énergie débordante qui devrait faire des étincelles et amener un show explosif dès que le groupe remontera sur scène en 2020. Un titre à écouter sans modération !
  • Journal Perso II (Vald – single) : 10 ans après le premier volet, l’excellent Vald nous pond la suite de l’un de ses premiers opus. Et rien ne s’est écorné en une décennie! On y retrouve une instru plutôt identique, une interprétation aussi singulière et sincère mais surtout une réelle cohérence de ton entre les deux morceaux. Comme à son habitude, Sullyvan nous gratifie d’un texte bourré de détours, d’images et de rythmique agrémenté de ses si délicieuses punchlines si particulières. Toujours nonchalant mais toujours juste, toujours décalé mais toujours dans le temps. Le morceau était d’abord sorti en version audio uniquement, quelques jours avant la parution du clip. Plus sombre, comme son auteur ces derniers temps, il reste magnifique de construction et apporte une vraie profondeur au texte, lui offrant presque une ambiance où l’embaumer. Un nouveau bel exemple de nonchalance efficace.
  • Wanted (OneRepublic – single) : Malgré les nombreux singles autonomes sortis entre temps, le dernier album du groupe remonte à la fin de l’année 2016, et il semble que Wanted se souhaite finalement annonciateur d’un nouveau disque. Toujours pop et catchy, le morceau reste fidèle aux racines qui ont fait le succès du groupe. Le seul défaut ? Beaucoup trop court, mais bon, le bouton replay de YouTube pallie très bien à ce problème.
  • Kintsugi (Gabrielle Aplin – Dear Happy) : Gabrielle Aplin, chanteuse britannique de seulement 26 ans, s’est d’abord fait connaître en publiant des reprises en ligne. Depuis 2013, elle a sorti plusieurs EP et deux albums, English Rain (2013) et Light Up the Dark (2015), qui ont eu un grand succès au Royaume-Uni.
    Le mot kintsugi nous vient tout droit du Japon (Kin : or / Tsugi : jointure). Méthode consistant à réparer des céramiques avec de la laque et de la poudre d’or (ou autre poudre de métal) pour souligner ses cicatrices, c’est également une métaphore de résilience. Cet art japonais ancestral s’inscrit également dans le courant de pensée de Wabi-sabi qui reconnaît la beauté dans les choses simples, atypiques et imparfaites. C’est une belle métaphore pour accepter nos propres cicatrices qui font partie de nous, voire même les souligner. C’est ce qu’Aplin fait avec ce titre : elle met à l’honneur ses défauts pour apprécier et construire la personne qu’elle devient. Avec ce morceau pop, mélodieux aux accents de synthé, elle ne demande qu’à être écoutée! Kintsugi fait partie de son nouvel album Dear Happy, attendu pour début 2020. On attend sa sortie avec impatience pour continuer à (re)découvrir cette artiste!
  • Quiet Little Voices (We Were Promised Jetpack – These Four Walls) : L’année dernière, le groupe de rock indépendant écossais a ravi avec quelques nouvelles perles. Et il ne s’arrête pas là : à l’occasion des 10 ans de la sortie de These Four Walls, We Were Promised Jetpack sort une nouvelle édition de ce premier album à succès, dévoilant des live, démos et sessions acoustiques. Une opportunité offerte de faire le plein d’émotions en (re)découvrant un répertoire saisissant, propice à l’évasion.
  • NHB (Benash – single) : En cette fin d’été (et non en ce début d’automne, on s’accroche au beau temps fuyant comme on peut), la canicule a passé son chemin, emportant avec elle les rythmes latinos endiablés et les ballades anglophones traînantes. Mais tout espoir n’est pas perdu si vous cherchez un peu de rondeur et de réconfort estival. Voici désormais arrivée la période musicale de l’entre-deux, plus tout à fait joyeuse et dansante mais pas encore triste et morose. Et Benash l’a bien compris en sortant NHB, aux doux reflets de soleil accentués par un autotune parfaitement réglé. Le clip est tout ce qu’il y a de plus classique et il n’y a rien de spécifique à redire sur le texte, on s’est juste laissé aller à opiner du chef au rythme de la mélodie. Exactement comme on cherche à se persuader que l’été n’est pas encore totalement passé. Un bon morceau pour les nostalgiques des couchers de soleil tardifs.
  • Memories (Maroon 5 – single) : Cette ballade nostalgique transporte dès ses premières notes et se trouve parfaitement en adéquation avec les premières vapeurs douce-amères de l’automne. Une fois de plus, le groupe prouve sa capacité à s’adapter à la musicalité changeante d’année en année, cause probable de sa longévité.

Journa’Lîdje

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *