La loi du tabac !

La loi du tabac !

Il y a plus d’un milliard de fumeurs sur terre, alors que les effets néfastes de la cigarette sont reconnus depuis presque deux siècles. Néanmoins, de nombreux pays interdisent ou sont en bonne voie d’interdire la cigarette.

C’est le cas de la Suède qui vient d’interdire la cigarette dans les lieux publics extérieurs (comprenez « même en rue »). Le pays nordique a adopté une loi qui vise l’interdiction de fumer sur les terrasses et dans de nombreux lieux publics où les fumeurs se pensaient à l’abri. Cette loi vient en renforcer la précédente qui interdisait de fumer à l’intérieur des restaurants et des bars. La Suède devient ainsi l’un des pays les plus stricts au monde pour les fumeurs. Il faut cependant souligner que les suédois sont d’accord avec ces interdictions et soutiennent la nécessité d’une telle mise en place.
L’occasion était belle pour se demander où en sont les législations antitabac dans le reste du monde ? Tour d’horizon.

En 2004, le Bhoutan a été le premier pays au monde à interdire la production, la vente et la distribution de tabac sur son territoire. Les fumeurs sont toutefois libres d’acheter des cigarettes à l’étranger mais ils doivent s’acquitter de fortes taxes.

En Europe, les pays nordiques montrent l’exemple

Aux côtés de l’exigeante Suède, la Finlande souhaite devenir un pays “sans tabac“ d’ici à 2040. Son objectif : réduire considérablement son nombre de fumeurs en passant de 16 % à moins de 2 %. Quant à la Norvège, elle fait figure de bon élève en ayant interdit la cigarette dans les lieux publics dès juin 2004. L’ex-puissance pétrolière ne s’est pas arrêtée là car le prix des cigarettes y est élevé (environ 11€ le paquet) et le paquet y est neutre depuis 2017.

Le Saint-Siège ne prie pas pour la cigarette

Depuis 2017, les citoyens du Vatican, plus petit Etat du monde, ne peuvent plus acheter de cigarettes au magasin d’Etat du Saint-Siège. Une mesure prise par le Pape lui-même. Il affirmait que l’Eglise ne pouvait pas contribuer à une activité qui affecte clairement la santé des gens. Le petit magasin d’Etat ne vend donc plus de tabac. Une décision surprenante quand on sait que le tabac est une source de revenus importante pour le Vatican.

A l’autre bout du monde, la cigarette pose aussi problème

L’Australie, l’un des pays les plus antitabac au monde, applique des mesures drastiques pour lutter contre le tabac. Le paquet y est neutre : uni de couleur kaki, les noms de marques sont écrits de la même manière et dans la même police, il est couvert d’images chocs de personnes gravement malades à cause du tabac ainsi que de toutes sortes de préventions. Il est présent dans ce pays depuis 2012. Le prix astronomique du paquet vise à dissuader les fumeurs puisqu’il s’élève à 26,50 dollars australiens (16,76€) pour l’une des marques les plus achetées dans le monde.

En 2008, l’île de Niué associée librement à la Nouvelle-Zélande depuis 1974, demandait déjà à l’Australie de l’aider à bannir la cigarette en arrêtant d’en exporter vers son territoire. Depuis cette date, l’île continue son combat et a affiché sa volonté de devenir “sans tabac“ d’ici à 2025. Un beau projet pour cette petite île de 1612 habitants.
La Nouvelle-Zélande partage le même but. Le pays en a d’ailleurs fait une politique publique et entend bien compter moins de 5% de fumeurs dans sa population d’ici à six ans, contre environ 15% actuellement.

Où en sont les Etats-Unis ?

Aux Etats-Unis, l’âge légal pour acheter des cigarettes est de 18 ans dans la plupart des Etats. Néanmoins, à New-York, à Chicago et en Californie, l’âge légal pour acheter des cigarettes est passé à 21 ans. Hawaï, de son côté, souhaite devenir le premier Etat américain à interdire sur ses terres la vente de cigarettes. C’est en tout cas le voeu du député démocrate, Richard Creagan qui a transmis au Parlement local une proposition de loi visant à augmenter progressivement l’âge légal pour acheter du tabac. L’élu démocrate prévoit de le faire passer à 30 ans en 2020 puis de l’augmenter chaque année de 10 ans. En 2021, l’âge requis sera ainsi de 40 ans tandis qu’en 2022 ans, il sera nécessaire d’avoir 50 ans pour acheter des cigarettes. Un an plus tard, il faudra 60 ans. L’horizon 2024 est l’objectif final de la campagne et il y faudra être centenaire pour acheter des cigarettes. Selon le député Creagan, cette manière de procéder permettrait à Hawaï d’interdire virtuellement toutes ventes de tabac sur son sol tout en évitant de tomber sous le coup de recours en justice du lobby du tabac. En 2016, Hawaï était devenu le premier Etat américain à faire passer l’âge pour acheter du tabac de 18 à 21 ans.

L’Autriche, cendrier de l’Europe ?

Jusqu’en juillet 2019, la consommation de tabac restait possible en Autriche dans les établissements dotés d’espaces fumeurs séparés ainsi que dans ceux d’une superficie inférieure à 50m2 si leur exploitant le souhaitait. En 2015, les sociaux-démocrates et les conservateurs s’étaient mis d’accord sur une législation anti-tabac dans la restauration. Mais cette loi a été abrogée en 2017 par le FPÖ (parti de la liberté d’Autriche), parti d’extrême droite, quand il est arrivé au pouvoir. Cette saga législative a rebondi lorsque la coalition droite-extrême droite a éclaté au mois de mai 2019. C’est donc avec conviction que les sociaux-démocrates, les conservateurs et les écologistes ont formé un front commun contre l’extrême droite et imposé l’interdiction du tabac. L’Autriche se remet donc dans le rang après avoir viré à contre-sens.

Qu’en est-il de la Belgique ?

Depuis le premier janvier 2019, la Belgique était encore le seul pays d’Europe où les jeunes de plus de 16 ans pouvaient acheter des cigarettes. Désormais et depuis avril 2019 et la décision de la Chambre des représentants, la vente de tabac aux mineurs d’âge est interdite. La Chambre a également adopté une loi visant l’interdiction de fumer en voiture lorsqu’il y a des enfants à bord. La Belgique n’est donc pas un modèle en Europe, c’est pourquoi elle doit continuer à réfléchir à des mesures antitabac efficaces qui visent à aider les jeunes à ne pas devenir dépendants du tabac et à permettre aux fumeurs d’arrêter. Il reste encore beaucoup de travail !

Vous l’aurez compris, le tabac est un problème majeur de santé publique pour bon nombre de pays. Il n’en reste pas moins sûr que les autorités publiques s’efforcent de prévenir et diminuer le tabagisme et ses conséquences néfastes. Certaines ont pris de l’avance sur d’autres et obtiennent déjà des résultats convaincants, en attendant que leurs poursuivantes ne leur emboîtent le pas.

Tchoupi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *