Édito | Et si c’était l’Ajax Amsterdam…

Édito | Et si c’était l’Ajax Amsterdam…

Temps de lecture : 3 minutes
© France24

L’Ajax Amsterdam, un club, un maillot rouge et blanc qui en fait voir de toutes les couleurs à ses adversaires (vous l’avez compris, on ne parle pas du Standard). Des gamins qui jouent sans complexes, un entraineur néerlandais, Erik Ten Hag, peu connu et peu expérimenté. Tous ces éléments font de l’Ajax, une équipe à part, capable de tous les exploits!

Le club d’Amsterdam vit une saison 2018-2019 absolument exceptionnelle! En tête de son championnat, en finale de la coupe des Pays-Bas contre la modeste équipe de Willem II et surtout en demi-finale de la Ligue des Champions, l’Ajax enchaîne les performances de haut vol. Mais ce n’est pas tout : en plus d’être en lice sur tous les tableaux, le club de la capitale hollandaise empile les buts, se positionnant même comme la meilleure attaque d’Europe avec plus de 164 buts!

En Ligue des Champions : après le Real Madrid, triple tenant du titre, c’est la Juventus qui s’est vue emportée par la fougue de la jeunesse Ajacide. Les Néerlandais retrouvent le dernier carré pour la première fois depuis 1997. Cette année-là, les Van der Sart, Kluivert, De Boer et autre Litmanen faisaient trembler les filets avec le maillot rouge et blanc. Emmenée par Louis Van Gaal, cette génération a enchaîné une victoire en Ligue des Champions, une finale perdue et une demi-finale de C1 en trois ans. Ironie de l’histoire ou coïncidence, l’Ajax avait buté deux fois sur la Juventus.

Le football a changé, les noms aussi, mais la philosophie ajacide est restée la même. Mathijs De Ligt, Frenkie De Jong, Donny Van de Beek, David Neres continuent d’épater l’Europe. Et pas seulement par leur talent mais aussi par leur combativité, ce sont de vrais guerriers sur le terrain, ils n’ont aucun complexe. Pour apporter un peu d’expérience, des joueurs plus âgés sont venus encadrés les pépites du centre de formation notamment Klaas-Jan Huntelaar, Daley Blind et le percutant Dusan Tadic. Exactement comme dans les années 90 avec Frank Riijkaard.

Le lien entre les deux générations s’étend bien au-delà des simples résultats. On sent que la volonté de transmission, d’exploit, de tradition transpirent à tous les échelons du club.  Edwin Van Der Sar est directeur général, Marc Overmars est directeur du football. Richard Witschge adjoint de Ten Hag. Tous ces noms sont autant de garants de la tradition ajacide.
Aussi talentueuse soit elle, l’équipe actuelle souffre malgré tout encore de la comparaison avec ses prédécesseurs au niveau du palmarès puisque le dernier trophée du club remonte à 2014. Depuis? 4 deuxièmes places en Eredivisie. Et si, l’année des nouveaux titres, c’était 2019? Les prodiges amstellodamois peuvent écrire l’histoire du club. Un titre en C1 pourrait être un super cadeau d’adieu pour De Jong et De Ligt, les deux plus beaux joyaux du club cette saison qui s’en iront, sans aucun doute, sous d’autres cieux!

©rtl.fr

On se demande même où ils vont pouvoir s’arrêter. Hier encore, un Tottenham décimé offensivement a fait les frais de la fougue ajacide en s’inclinant 0-1 à domicile suite à un but de Donny Van De Beek. L’addition aurait même pu être plus salée si la frappe de David Neres n’avait pas heurté le poteau d’Hugo Lloris. Un goal à l’extérieur qui pourrait coûter cher aux Spurs d’Alderweireld et de Vertonghen, sorti après un violent choc sur le nez et une possible commotion cérébrale sévère. Le match retour s’annonce d’ores-et-déjà palpitant le 8 mai prochain à la Johan Cruyff Arena d’Amsterdam.

Néanmoins, toute cette réussite attire les convoitises et l’Ajax sait que ses prodiges pourraient quitter l’équipe. Le club amstellodamois est conscient qu’il devra reconstruire pour être performant. Mais le club connaît la recette pour faire briller l’équipe! Et si c’était l’Ajax qui coiffait tous les favoris sur le poteau de la Champion’s League?

Tchoupi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *