L’Islande, pays de l’égalité hommes-femmes

L’Islande, pays de l’égalité hommes-femmes

Les années passent mais les discours restent les mêmes. Inégalité salariale, discrimination à l’embauche et machisme en entreprise continuent de gangrener nos sociétés. Toutes? Non! Une petite île d’irréductibles progressistes résiste encore et toujours à l’envahisseur. Pour célébrer en ce 8 mars la journée internationale des droits des femmes, bienvenue en Islande, terre d’égalité.

Grands pays de 320.000 habitants à peine, l’Islande semble perdue dans l’immensité de l’océan Atlantique. C’est peut-être cet éloignement qui fait notre relative méconnaissance de la nation d’Håkon VI. Car soyons francs, l’Islande est principalement connue pour son volcan Eyjafjöll, ses geysers et son Euro 2016. Souvent oubliée lorsque l’on songe aux progressistes pays nordiques, l’Islande n’en reste pas moins l’un des fers de lance. Dirigée par la plus jeune Première ministre d’Europe, elle trône en tête du classement mondial sur la parité grâce à la mise en place de dispositifs visant à favoriser l’égalité en termes de santé, d’éducation et d’opportunités d’emploi. Une situation rendue possible par la mise en place de réelles législations et une ouverture d’esprit chère aux pays nordiques. Petit tour d’horizon (ou de fjords, si on veut être plus précis).

Un mouvement coordonné, des résultats à la hauteur

Depuis le 1er janvier 2018, l’Islande est le premier pays au monde où le salaire est obligatoirement égal entres hommes et femmes, et les entreprises doivent le prouver. Cependant, cette situation ne s’est pas faite toute seule et résulte d’un combat acharné des Islandaises.

Le 24 octobre 1975, les femmes entrent en grève, mouvement social lors duquel 90% d’entres elles ont arrêté leurs activités, au travail comme à la maison. Cette grève avait pour but de montrer que la moitié de la population était indispensable au fonctionnement du pays. A la même date en 2016, les femmes ont quitté leur travail à 14h38, puisqu’à partir de cette heure, elles considéraient qu’elles travaillaient pour rien.
En 1980, l’Islande est le premier pays à élire démocratiquement une femme comme Présidente, et Vigdis Finnbogadottir exercera ses fonctions durant 4 mandats consécutifs. En 1983, les femmes ont même créé leur propre parti, l’Alliance des femmes, ce qui leur permet d’entrer massivement au Parlement.

Une telle mesure a été mise en place puisque « c’est absolument impossible sur le long terme d’avoir une entreprise rentable si le personnel n’est pas heureux. Des employés heureux produisent plus et vendent davantage et si la moitié de votre personnel n’est pas heureux, c’est totalement impossible d’avoir un bon business » explique le grand patron d’une entreprise nationale. Dans les faits, ces législations ont été instaurées pour combler les écarts de rémunération estimés à 17,5% en 2015 par Eurostat, alors que l’égalité salariale est imposée, en théorie, par une loi de 1961. « Il faut du temps, et plus qu’un texte législatif, pour que les moeurs changent » souligne l’association islandaise pour les droits des femmes Kvenréttindafélag Íslands.

Un vrai projet politique, de réelles mesures

Hémicycle du parlement islandais © Brynjar Gunnasrson/AP/SIPA – Tous droits réservés

Le projet d’égalité salariale a été annoncé par le Premier ministre islandais à l’occasion de l’une des journée internationale des droits des femmes et soutenu par la majorité et l’opposition du parlement islandais, où la parité est d’ailleurs presque atteinte.

Depuis le 1er janvier dernier, les entreprises doivent donc fournir un certificat qui prouve qu’elles respectent la nouvelle législation. Concrètement, cela concerne les entreprises islandaises de plus de 25 salariés et les administrations. Les plus petites structures auront jusqu’à 2021 pour s’y conformer. Les entreprises n’ayant pas obtenu de certification recevront une amende de 50.000 couronnes (soit 400€) maximum par jour.

Une véritable culture de la démocratie, une vision à long terme

En Islande, la parité concerne également le congé parental. Celui-ci dure neuf mois, un tiers est réservé à la mère, un tiers au père et le dernier tiers est partageable entre les deux parents. Cette répartition favorise le contact entre le père et l’enfant et permet à la mère de retrouver plus rapidement son travail et un salaire aussi élevé que celui des hommes. Au final, 90% des pères prennent une partie de leur congé.

Les questions d’égalité et d’équité sont très inhérentes à la société et inculquées dès le plus jeune âge, l’objectif est de façonner les idées et les valeurs dès l’école. Ainsi, les questions de genre font l’objet d’un cours obligatoire dans les lycées. « Il n’y aura d’égalité nulle part, dans aucune société, si le système scolaire n’y contribue pas activement. On façonne les idées ici », explique une professeure.

Toutefois, des différences persistent malgré ce progressisme. Les mentalités doivent encore évoluer, même en Islande. La représentation égalitaire n’élimine pas les violences faites aux femmes dont le taux restent élevé dans le pays (selon Eurostat, l’Islande est l’un des pays d’Europe où le nombre de viols signalés par habitant est le plus élevé).

Depuis neuf ans, l’Islande figure en tête du classement « Global Gender Gap Index » qui mesure également la parité en matière de participation économique et d’influence politique. Selon les estimations de ce classement, il faudra encore attendre l’année 2186 pour atteindre la parité économique mondiales si les choses n’évoluent pas plus vite. Sur les 144 pays pris en considération par le classement, la Belgique occupe le 31ème rang et paie en moyenne les femmes 6% de moins que leurs homologues masculins.

Si on observe certaines améliorations ces derniers temps, beaucoup d' »efforts » doivent encore être réalisés vers une harmonisation et une égalité des genres. Comme souvent, les pays nordiques mènent la danse du progrès et nos pays occidentaux devraient peut-être (ceci est un euphémisme) se laisser entraîner sur la piste.

Mina & ALVARRO

One Reply to “L’Islande, pays de l’égalité hommes-femmes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *