Menacée d’expulsion aux JO, quel avenir pour la boxe?

Menacée d’expulsion aux JO, quel avenir pour la boxe?

Présente depuis les JO de Saint-Louis en 1904, la boxe est l’un des sports les plus anciens du programme olympique et fait figure de pilier dans l’épreuve aux cinq anneaux. Mais de récents problèmes de gérance et de gouvernance secouent la Fédération internationale de boxe et mettent à mal la transparence du sport au niveau mondial. Lassé après avoir lancé plusieurs avertissements, le CIO pourrait désormais tout simplement exclure la boxe des JO 2020 de Tokyo, un séisme au sein de l’histoire du sport.

À la suite de révélations concernant la gestion du Taïwanais Ching-Kuo Wu à sa tête, l’AIBA (Fédération internationale de boxe) décidait de se renouveler et organisait de nouvelles élections pour son poste de président. Entre-temps, Wu remet sa démission et, accusé d’avoir mis en danger la situation financière de la Fédération, est suspendu à vie pour « mauvaise gestion financière ». Il reste malgré tout toujours membre du CIO, le Comité International Olympique. Le Sud-Coréen Ho Kim, également interpellé dans l’affaire, écope de la même sanction.
Nommé candidat intérimaire jusqu’aux élections de début novembre, l’Ouzbek Gafur Rakhimov prend les rennes de l’institution avant d’être confirmé nouveau président une fois les échéances atteintes. Il faut dire qu’il était l’unique candidat à la présidence après le rejet de la candidature de l’ex-boxeur kazakh Serik Konakbayev. Le code électoral de l’AIBA prévoit en effet que « si il n’y a qu’un seul candidat, il n’y a pas de vote et le candidat est déclaré vainqueur. »

Un passé frelaté, un manque de confiance du CIO
Une fois les résultats de l’élection publiés, le CIO s’est dit « extrêmement inquiet de la gouvernance » de la Fédération Internationale de boxe par Monsieur Rakhimov. Il rappelle que le personnage est très controversé en raison de sa présence sur la liste des « criminels majeurs » aux Etats-Unis suite à son implication dans le « trafic de cocaïne » et s’interroge donc sur la transparence et l’honnêteté d’une telle personne.

Le Comité craint également un possible retour du trucage de matchs dont le scandale des JO 2016 de Rio en a traumatisé plus d’un. Pour rappel, les 36 arbitres olympiques avaient été suspendus par après pour des suspicions de combats arrangés. Nouveau président d’une institution en lutte avec des problèmes non plus seulement financiers mais également d’éthique, d’intégrité sportive et de lutte antidopage, Rakhimov a expliqué que la « situation financière est sous contrôle […] Quant à l’arbitrage des matchs, les mauvais jours du passé sont désormais derrière nous, nous travaillons maintenant dans un système efficace et transparent. »

Peu convaincue par les arguments de l’AIBA, le CIO a gelé ses relations avec la Fédération et stoppé ses aides financières avant de carrément remettre en question la participation de la boxe aux Jeux Olympiques.

Des discussions, mais pas d’accord
Gafur Rakhimov s’est dit prêt en janvier à se retirer temporairement du conflit en faisant un pas de côté à la présidence de l’AIBA. Il a proposé un amendement de la Constitution de l’institution qui mettrait en place un système permettant au président élu, quel qu’il soit, de laisse son poste pour une période donnée. Cette réforme permettrait ainsi à l’homme d’affaires de se mettre en retrait pour un an au maximum et éviterait une collusion entre l’AIBA et le CIO. Le problème reste que cet amendement n’est pas passé au sein de l’institution : il a récolté 64 votes positifs mais la majorité des deux tiers est nécessaire pour adopter une modification de la Constitution de l’institution, soit 66 voix.

Si la situation n’a guère évoluée depuis, le président du CIO, Thomas Bach, est revenu quelque peu sur des propositions du Comité pour tenter d’organiser malgré tout la présence de la boxe aux JO de Tokyo. Pour éviter une exclusion ferme et définitive, il a expliqué qu’il était possible que la compétition de 2020 soit placée sous l’égide d’une autre structure que celle de l’AIBA. Il motive cette idée par le désastre que représenterait une exclusion pour les sportifs, « nous ne voulons pas que les athlètes soient punis pour le mauvais comportement de certains responsables. »

Pas de soutiens, peu de réclamations
Les différentes fédérations commencent tout doucement à faire valoir leur avis (il était temps) mais le vrai chef de file du mouvement, et d’ailleurs le seul à réellement sortir de l’ombre, c’est Cuba. Un tel investissement de la petite île des Caraïbes peut sans doute étonner ceux qui ne suivent pas du tout la boxe mais les Cubains représentent un poids important dans l’univers de la boxe. Longtemps imbattables, ils ont remporté pas moins de 73 titres mondiaux et 37 olympiques, rien que ça. De nombreux athlètes étrangers viennent d’ailleurs s’implanter à Cuba pour s’entraîner avec les champions locaux et s’inspirer de leur jeu.

Surnommé La Sombra (l’ombre) pour son art de l’esquive, Julio César La Cruz clame que « ce serait un coup dur pour la délégation cubaine de ne plus pouvoir compter sur les titres de la boxe [aux JO] » tant ce sport est « celui qui a apporté le plus de médailles à Cuba. » L’entraîneur national Rolando Acebal considère quant à lui qu’il est « impensable » que la boxe sorte du programme olympique car c’est « l’un des sports les plus anciens de l’histoire » (la discipline était d’ailleurs l’un des six sports originels dans les Jeux Olympiques antiques).

Malgré la montée au front des différentes fédérations et de certains grands artisans du sport, la planification des épreuves de boxe aux JO a été gelée par le CIO en attente des résultats de son enquête sur le système, la transparence et la gouvernance de l’AIBA. Le temps presse et si l’on en est pas encore à l’exclusion pure et simple de la discipline aux prochains Jeux Olympiques, on s’en rapproche tout de même de plus en plus.

ALVARRO

{article rédigé sur base d’une chronique radio pour l’émission « Inside Sport » sur Equinoxefm}

One Reply to “Menacée d’expulsion aux JO, quel avenir pour la boxe?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *