Marée verte sur la Belgique

Marée verte sur la Belgique


Grand moment de l’année 2018, les élections communales et provinciales du 14 octobre ont apporté leur lot de surprises. Une vague verte s’est abattue sur tout le pays. Plaçant Ecolo dans une position  communaleplutôt favorable un peu partout dans le pays. Les verts sont donc les grands vainqueurs de ces élections communales.       

Ecolo est le grand gagnant de ces élections. C’est indéniable ! D’ailleurs, les chiffres en sont la preuve : à Bruxelles, le parti vert remporte 23% des 695 sièges de conseillers communaux bruxellois soit 160 élus se plaçant juste derrière le PS (parti socialiste) avec ses 166 élus. Un bilan qui contraste avec celui du MR (Mouvement réformateur) qui perd 29 élus dans la capitale et ne représente que 21,3% des conseillers communaux. Ce qui amène le MR à n’être que la troisième force politique à Bruxelles derrière Ecolo et le PS (au coude à coude).

Les résultats des élections en région bruxelloise provoquent de grands chamboulements dans les forces politiques. Les dès sont relancés, les coalitions d’hier tombent et font place à de nouvelles coalitions. Le PS conserve son leadership malgré l’affaire du samusocial, Ecolo grimpe et fait grincer des dents un parti comme le MR qui n’est pas à la fête dans la capitale. Watermael-Boitsfort, Ixelles et Forêt sont les trois communes bruxelloises qui seront dirigées par des bourgmestres Ecolo. La percée des verts ne se limite pas à ces 3 entités, le parti arrive aussi en 2èmeposition dans neuf communes et il entrera dans la majorité à Bruxelles. En Wallonie, Ecolo a également convaincu de nombreux électeurs ne lui permettant pas pour autant d’obtenir une écharpe mayorale.

 Du changement avec les primo-votants?
 Et si les primo-votants avaient tout chamboulé? Entendons par primo-votants, les citoyens qui votaient pour la première fois. Autrement dit, les jeunes qui n’avaient pas voté il y a 6 ans. Et si c’était eux qui pouvaient faire changer les choses dans le pays. En tout cas, le discours d’Ecolo semble les avoir convaincus. Un parti qui prône l’écologie, dans un monde où le réchauffement climatique ne cesse de faire des ravages a de quoi séduire. Les jeunes se rendent compte qu’il est temps d’agir, de changer les choses et de faire bouger les lignes. A Bruxelles, il est possible que les primo-votants soient sortis de leur réserve en frappant fort pour leur premier vote. Cependant, en Wallonie, il y avait près de 96 000 premiers votants qui n’ont pas spécialement fait confiance à Ecolo. Une forte contradiction donc entre la capitale et le sud du pays.

Cette grande percée verte pourrait-elle placer Ecolo dans de bonnes conditions pour le prochain scrutin de mai 2019 où les citoyens éliront leurs représentants régionaux et fédéraux?
Il est clair que le MR est dans une position difficile, diriger un pays n’est pas chose aisée. Il semble même que la baisse significative du parti dans plusieurs communes laisse un goût amer au mouvement réformateur. Le PS a lui aussi été touché avec l’histoire du Samusocial ce qui ne l’empêche pas d’avoir fait un bon score notamment à Liège avec Willy Demeyer qui a été réélu. Le CDH s’est quant à lui effondré, laissant peu d’espoir d’une éventuelle place au Gouvernement. Une déferlante rouge semble avoir suivi la percée verte. Le PTB semble lui aussi avoir gagné du terrain au sud du pays. Néanmoins, le Parti du travail de Belgique ne propose pas de changements concrets ce qui l’éloigne de la majorité dans les communes où il semblait pourtant avoir la cote notamment à Charleroi. Mais le PTB ne veut-il pas juste chambouler le pouvoir ?

Ecolo quant à lui est en hausse partout et semble avoir gagné mais aura-t-il la force nécessaire en mai 2019 pour prétendre à la gouvernance du pays ? Rien n’est moins sûr. Par contre, une chose est sûre, Ecolo après sa victoire aux élections du 14 octobre sera dans le collimateur de nombreux partis : CDH, PTB, MR. Mais la récente arrivée de Jean-Marc Nollet à la co-présidence du parti avec Zakia Khattabi pourrait aider Ecolo à s’imposer. On en saura plus le 26 mai 2019 après le scrutin.

Tchoupi

One Reply to “Marée verte sur la Belgique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *