Red Flames : les flammes du football moderne

Red Flames : les flammes du football moderne


Assez méconnu du grand public, le football féminin est pourtant en train de voir exploser sa cote de popularité passant de 15 000 fans il y a 10 ans à près de 31 000 fans aujourd’hui. 
C’est sans aucun doute dû au Red Flames, l’équipe féminine belge de football, qui ne cesse de se faire remarquer grâce à des performances toujours plus extraordinaires.

C’est en 2017 que l’on commence à entendre parler de cette équipe grâce à une participation à l’Euro féminin aux Pays-Bas avec une victoire et 2 défaites mais l’important n’est pas là, il est ailleurs dans le pas en avant franchi par ces guerrières du football moderne.

Sous l’impulsion de l’équipe nationale, c’est tout le foot féminin en Belgique qui évolue avec notamment une plus grande visibilité dans les médias, un capital sympathie en hausse grâce à une grande solidarité et un important esprit d’équipe.

Avant l’avènement des Red Flames, on parlait peu du football féminin. La Belgique était bien en retard par rapport à d’autres pays comme l’Allemagne ou les Etats-Unis. Avec elles, on peut dire stop au sexisme : la femme n’est pas juste là pour faire la vaisselle ou le ménage, elle peut également jouer au foot et nous faire vivre des moments exceptionnels. En se professionnalisant, l’équipe féminine a obtenu le coup d’éclairage qui lui manquait et fait réfléchir la Belgique entière.

Vu l’engouement du public pour cette équipe en pleine progression, l’union belge de football a  sorti les grands moyens pour promouvoir le foot féminin en créant un centre de formation, en organisant des détections dès le plus jeune âge et en établissant des campagnes de promotion.
Elles n’ont pourtant pas encore les mêmes privilèges que les hommes. Les joueuses sont, par exemple, obligées de partager des structures avec d’autres équipes ou d’autres sports et possèdent des moyens bien moins élevés que les hommes. Il reste donc encore beaucoup d’efforts à faire pour que le football féminin n’atteigne le paroxysme de sa visibilité.

En ce moment, l’équipe réalise une performance magique et se retrouve actuellement à 2 marches du mondial après s’être qualifiées pour les barrages au détriment de l’Italie, et l’on commence de plus en plus à entendre parler notre l’équipe nationale féminine. Leur évolution ne cesse d’augmenter. Les Red Flames doivent encore affronter la Suisse début octobre, la première marche à franchir pour rejoindre le Mondial, si elles se qualifient à l’issue de ces 2 matchs (aller et retour). Mais attention, il restera un redoutable obstacle à gravir si elles venaient à battre la Suisse : affronter le vainqueur du match entre les Pays-Bas (championnes d’Europe en titre) et le Danemark (Vice-championnes d’Europe). Malgré ces deux ultimes obstacles, les joueuses peuvent y croire si elles conservent le bel esprit d’équipe qui les caractérisent.

Le foot féminin belge commence également à sérieusement intéresser l’étranger. Tessa Wullaert, l’une des joueuses phares de l’équipe nationale, vient d’être transférée à Manchester City, club de deux autres belges Vincent Kompany et Kévin de Bruyne. C’est avec un palmarès déjà bien fourni voire bien plus fourni que celui des hommes que la meilleure joueuse de l’équipe nationale rejoint les Citizens, puisqu’elle est double championne d’Allemagne en titre et a atteint deux fois la finale de la Ligue des Champions féminine avec son précédent club de Wolfsburg. La plupart des autres joueuses de l’équipe nationale jouent en Belgique mais leurs transferts ne devraient tarder, en tout cas si elles continuent à être aussi performantes mondialement.

Même dans les jeux vidéo, le foot féminin intéresse : en 2016, et pour la première fois, le célèbre jeu de football FIFA propose à ses aficionados de prendre en charge une équipe féminine dans un tournoi en 6 matches. C’est la preuve que le football féminin est en train de prendre une place importante dans notre quotidien. Espérons  d’autres surprises pour le football féminin dans FIFA 19. 


Malheureusement, promouvoir le foot féminin ou le sport féminin de manière générale reste encore très difficile tant les moyens  investis par les différentes fédérations belges sont faibles. Il est grand temps que la Belgique se réveille, les joueuses de l’équipe belge féminine de football méritent la même attention et le même respect que l’équipe masculine. Car si l’évolution du football féminin existe en Belgique, l’écart est encore important, trop important!, il doit se résorber au plus vite afin d’atteindre une égalité naturelle entre les hommes et les femmes (la fameuse égalité des sexes que la société ne cesse de rabâcher et nous fait croire comme acquise).

Tchoupi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *