Chronique d’un scout

Chronique d’un scout

Cette année encore près de 48 300 scouts vont partir en camp, en Belgique ou à l’étranger et cette année encore la presse va relater des méfaits. Certes, comme dans tous milieux, il y a des débordements mais le scoutisme c’est avant tout des valeurs transmises aux jeunes.

À l’approche des traditionnels camps d’été, il est grand temps de remettre l’église au milieu du village ou plutôt le scout au milieu du champ. Pilotis, brelages, totem, je suis sûr que ces mots ne vous disent pas grand chose mais rassurez-vous, ce ne sont pas des ovnis de la langue française. En réalité, peu de gens connaissent le scoutisme tel qu’il est. C’est donc une raison pour moi de vous l’expliquez !

Le scoutisme c’est quoi?
En premier lieu, une école de la vie où des valeurs comme la tolérance ou le respect des autres… sont transmises par près de 11 700 animateurs bénévoles.
Outre ces valeurs, le scoutisme permet aussi aux enfants de s’émanciper, de rencontrer d’autres enfants ou adolescents vivant les mêmes choses qu’eux, d’être solidaires, de respecter les autres et la nature…
C’est aussi un véritable mouvement où bon nombre de jeunes en fédération Wallonie-Bruxelles donnent du temps, du talent et du cœur tout ça pour permettre à vos enfants de vivre des vacances d’été à couper le souffle.
Enfin, le scoutisme est un monde ouvert à tous, où chacun peut y trouver son compte qui concerne tous les enfants et adolescents de 6 à 18 ans et que chacun devrait tenter au moins une fois dans sa vie.

En second lieu, le scoutisme permet aux enfants de s’épanouir dans la nature et non pas devant les jeux vidéo ou autres écrans…

Le mouvement ne cesse d’augmenter chaque année d’où l’importance que commence à prendre le scoutisme dans nos vies. Une fois n’est pas coutume, cette année encore, la presse va relater des faits négatifs sur les scouts. Sur l’ensemble des camps organisés chaque année, on dénombre un nombre très limité d’incidents mais c’est malheureusement sur ceux-là que se focalise l’attention médiatique et publique. Alors cette année, en entendant ces incidents négatifs repensez aux quelques lignes précédentes et dites-vous que oui un camp c’est peut-être mal passé mais qu’il en reste encore plein d’autres qui se passent bien.
Et comme le disait Baden Powell, le fondateur des scouts en 1907 « Ask the boy » demande au garçon, ce qu’il en pense, ce qu’il y vit, ce qu’il y fait !


Julien Haid

One Reply to “Chronique d’un scout”

  1. Bien vrai , pour n’importe quelle passion , sport , ou travail on ne parle jamais que de ce qui ce passe mal….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *